La biodanza en quelques mots

La biodanza est un merveilleux système de nombreuses danses et exercices – toutes très différentes – , dont 10 à 15 sont choisies par le facilitateur pour une vivencia. Le facilitateur porte ce nom car il essaye de faciliter aux participants d’entrer dans la vivencia. La « vivencia » désigne la séquence des différentes danses et exercices pendant la séance. Mais c’est également un terme désignant l’état dans lequel on aspire à mener les participants : de vivre très intensément toutes les sensations (corporelles surtout, mais aussi émotionnelles, auditives etc.) du moment présent. Le facilitateur donne des consignes avant une danse, mais il ne s’agit que rarement de chorégraphies codifiées ou structures fixes. Presque toujours, les participants sont invités à s’exprimer librement et de la façon la plus authentique que possible, dont à suivre exactement leurs envies, impulsions et besoins les plus profonds. Parfois, chacun danse pour soi, mais souvent, il y aura des invitations pour des danses à deux, à trois, à plusieurs ou avec l’ensemble du groupe.

Des danses dynamiques ou lentes sont combinées dans une façon physiologique, donc agréablement à vivre pour l’organisme humain.

La Biodanza est principalement permissive : rien n’est imposé. Elle invite toujours les participants à lâcher leurs contraintes intérieures pour revenir à leurs vrais besoins et envies.

Plus on arrive à écouter ses propres souhaits, plus on arrive à s’adapter dans son comportement envers les autres : c’est vrai dans la danse, comme dans la vie quotidienne. Ainsi, on  peut vivre une harmonie qui est parfois magique et qui prouve ce que les sages nous disent : Qu’à la fin, nous ne sommes qu’un.

Des  informations plus détaillées sur le déroulement des séances de Biodanza se trouvent sur le site Actualités.

Et des informations plus détaillées sur la Biodanza pour ceux qui sont très intéressés :

La Biodanza est une merveilleuse méthode, créée dans la deuxième moitié du siècle dernier par le Chilien Rolando Toro Araneida. Il était anthropologue, psychologue et artiste, et les gens qui l’ont connu personnellement disent souvent qu’il était un génie.

Du moins, il a génialement découvert l’effet thérapeutique de la musique pour s’en inspirer et l’utiliser au travers d’une diversité de danses et d’exercices.

Dans son approche, on trouve des danses plus ludiques et gaies, et d’autres plus silencieuses et sérieuses. Certaines très dynamiques et actives, d’autres lentes et presque dans l’immobilité. Certaines sont très rythmiques, autres plutôt mélodiques. Parfois, chacun danse seul, parfois à deux ou dans les petits groupes, ou même avec le groupe dans son ensemble. Les chorégraphies précises sont rares. L’animateur, – qui s’appelle facilitateur dans la Biodanza – donne plutôt des consignes générales, qui invitent les participants à réaliser la danse avec leurs propres mouvements, avec leur façon de se bouger et de s’exprimer.

La musique pour les danses vient de tous les horizons, de toutes les époques et de tous les styles et genres. Elle est choisie surtout en fonction de son impact émotionnel, son effet sur notre système limbique.

Au niveau de la théorie pour sa méthode, Rolando Toro a puisé dans toutes les époques et nationalités, dans les différentes sciences et systèmes de croyances. Au centre de sa théorie se trouve le système biocentrique.  Cela signifie que ce n’est pas la terre (géocentrique), le soleil (héliocentrique) ou encore l’homme qui se trouve au centre du monde ou de l’existence, mais la vie (« bios ») elle-même. « La vie a raison » est une phrase fondamentale pour le système biocentrique et elle déclenche humilité, acceptation et beaucoup de joie. L’intelligence de la vie, qui est inconcevable pour notre intellect humain, est source d’une grande confiance et devient la base principale de la vie. Elle ouvre nos cœurs en donnant assurance et encouragement. (D’autres auraient tendance à associer ce principe basique simplement à « dieu », à la « nature » ou d’autres références. Mais « la vie » est un terme si universel, général et neutre, qu’il semble parfaitement approprié.)

De son vivant, Rolando Toro a dépassé les frontières pour également enseigner sa méthode en Europe et sur d’autres continents et elle s’est rapidement diffusée.  Partout dans le monde, on peut trouver depuis longtemps des cours hebdomadaires, des stages et des écoles pour devenir facilitateur. Et tous sont appropriés pour nous donner plus de joie de vivre, de sincérité et d’ouverture à la vie.

« Plus de vie dans la vie » est une formule qui décrit bien le but de la Biodanza et la fascination par cette méthode qui ouvre le chemin vers plus de spontanéité, plus de tolérance et plus de réceptivité, car elle conscientise par sa grande liberté tout ce qui est raide, inflexible et emprisonnant en nous.

De même « vivencia » est le terme espagnol pour désigner le fait de vivre de manière intense l’instant présent, ici et maintenant. Ce terme, qui n’a pas vraiment d’équivalent dans les autres langues, a été intégré au Biodanza partout, afin de désigner cet état de conscience intérieure profonde du moment vécu, qui constitue la finalité même de la Biodanza. Les personnes familières de la méditation et des méthodes méditatives peuvent y reconnaître une approche similaire: la méditation, comme le Biodanza vise à nous transporter du « faire » vers « l’être », ou encore du faire au laisser faire.

Ce n’est à l’évidence pas un état qui se « crée ». La Biodanza ne vise qu’à développer les conditions (par exemple en demandant aux participants de ne pas parler pendant ou entre les danses) requises, pour que chacun arrive à se rapprocher et percevoir cet état de « grâce » du vivant et de la vie.

Vous trouverez également deux vidéos présentant la biodanza en bas de la page d’accueil.